L'abattoir 2016

La mortalité a été un intérêt constant dans mon travail. En 2007, cherchant à rendre cette préoccupation plus concrète, j’ai décidé de visiter un abattoir dans le comté de Lanark. J’y suis retournée à plus d’une reprise pour documenter le processus d’abattage des cochons, chèvres et vaches. J’ai documenté les animaux dans les zones d’attente, leurs abattages et dépeçages. Ce fut une expérience profondément émouvante, et comme on pourrait s’y attendre, les photographies et les vidéos sont extrêmement graphiques et difficiles à regarder. Tant et si bien que pour des années jusqu’à maintenant, j’ai eu du mal à trouver une présentation appropriée. Mon intention est de communiquer quelque chose se rapprochant de la profondeur et la véracité de mon expérience tout en évitant les pièges documentaires comme le choc, l’aliénation, le sensationnalisme ou la désensibilisation qui pourraient découler de la présentation de ses photographies comme telles.

Récemment, j’ai commencé à travailler avec les images, en enlevant les animaux, travailleurs et la plupart de leur environnement de telle sorte que tout ce qui en reste sont les motifs et les traces laissées par le sang qui couvrait les corps, les planchers et les murs. Rien n'est modifié seulement retiré et les photographies maintiennent encore une connexion à la réalité qui existait en face de la caméra, mais maintenant devenues peinture. Elles invitent maintenant un niveau d'engagement et de réflexion inconcevable avec les images originelles, mais toujours connectées à l’horreur de l’abattage.